Les règles de bases


parapente-saint-auban-dessin-4Vous rêvez depuis longtemps de faire du parapente, vous avez enfin sauté le pas et vous vous imaginez déjà voler où bon vous semble, planer avec les oiseaux, suivre le vol des Goélands au-dessus de la grande bleue, survoler votre ville natale, profitant d’une vue splendide sur le monde d’en bas…

Allez, il est temps de redescendre sur terre, un court moment c’est promis, après vous pourrez retourner taquiner les nuages. Hé bien oui, voler avec un parapente ce n’est pas synonyme de liberté absolue.

Il y a des règles, que seuls un club, ou une école peuvent vous enseigner. Alors avant de vous imaginer draguant un aigle, il convient de faire un rapide tour de ce qu’il convient de savoir. Pour vous donner une première idée, mais surtout pour briser vos rêves de conquête du monde, voici un PDF récapitulant les règles de pilotage qu’il vous faudra apprendre.

FFVL-Espace_aerien8-A0

Et puis, en plus de cela, il vous faudra assimiler les bases du pilotage, parce que c’est bien beau de vouloir voler, mais encore faut-il savoir par quel bout le prendre votre parapente. Ces connaissances ne peuvent pas s’apprendre en autodidacte, même si vous êtes libre de mettre votre sellette et de vous laisser choir (oui, car quand on ne sait pas, il y a ce risque, en effet…) il vous faudra passer par la case école ou club. Ainsi, ces érudits (c’est ainsi que vous, vous les percevrez) commenceront par vous montrer comment on plie, et on déplie une voile.

parapente-saint-auban-dessin-1C’est un peu la base… avouez que la voile si elle reste dans votre sac, elle ne vous sert pas à grand-chose. Puis ensuite il vous faudra apprendre comment elle est faite, ce qui l’accompagne (la sellette, kézako ? Et tous ces câbles-là… ils servent à quoi ?). Une fois assimilés ces détails, vous devrez également apprendre quelques notions de météorologie. Eh oui, un pilote se doit de connaître son environnement et votre environnement, ce n’est pas l’herbe, ou l’eau, c’est bel et bien l’air, qui est régi par la météo.

Si vous ne savez pas d’où souffle le vent, inutile de vous dire qu’il vous sera difficile de faire quoi que ce soit… Et puis il y a aussi les règles de l’aérodynamique, c’est important aussi de savoir comment se comporter une fois en l’air, comment va évoluer votre voile, les manipulations qu’il faudra faire. Et peut-être ce qui est le plus important, les règles de sécurité. Parce que n’oublions pas que le parapente est un sport extrême, d’ailleurs on vous glisse un parachute de secours dans votre sellette, sympa non ?

parapente-saint-auban-dessin-3

Mais fini de rire, n’espérez pas commencer à voler seul sans avoir pris connaissance de ces règlementations. De plus, en club comme en école, les moniteurs et adhérents se feront une joie de vous rappeler que vous n’êtes pas prêt.

Vous êtes démoralisé ? Avouez qu’il vaut mieux prévenir que guérir, car, quant bien même vous arriveriez à décoller seul, sans aide, ni formation, saurez-vous vous comporter correctement une fois en l’air ? Nous en doutons fort, à moins d’avoir été oiseau dans une autre vie, ce qui est peu probable, encore une fois.

parapente-saint-auban-dessin-2Vous pouvez toutefois accélérer le processus d’apprentissage en farfouillant sur internet. Beaucoup de club et d’école, proposent des vidéos tutoriel pour vous familiariser avec le matériel. De même que vous pouvez trouver des DVD de cours de pilotage, qui vous aideront à mieux appréhender le parapente. Notez toutefois que ces aides ne remplacent en aucun cas un moniteur. Elles sont un support supplémentaire pour vous aider à avancer.

Si vous souhaitez voler, commencez par vous rapprocher d’un club, ou d’une école, faites un premier vol en Biplace, afin d’être certain de vos sensations, puis, si cela vous plait, renseignez-vous pour des cours. Mais n’espérez pas voler seul au bout de deux leçons. Le parapente est un sport de patience.

Crédits photo : Parapente Mag